Lieu d'art contemporain - Saint Gratien
 

Vendredi 2 Février 2024 - Samedi 30 Mars 2024


Sébastien Laudenbach

L’imprévu c’est la vie


Du 2 au 24 février, Sébastien Laudenbach sera régulièrement présent à l’Espace Jacques Villeglé pour créer l’exposition in situ, étape par étape. À cette occasion, venez assister à son processus de création et échanger avec lui, puis revenez découvrir le résultat final à partir du 24 février.

 

Pour tous, entrée libre - une action financée par la Région Ile-de-France.

 

Horaires de l’Espace Jacques Villeglé :
 du mardi au jeudi de 14h à 19h, le vendredi
de 14h à 21h (nocturne) et le samedi de
10h à 13h et de 14h à 18h.

 

Pendant les vacances scolaires  :
du mardi au vendredi de 14h à 17h.
 Fermeture les samedis 17 et 24 février.

 

Une performance musicale, dessinée et animée par Sebastien Laudenbach et Olivier Mellano aura lieu le samedi 24 février à 18h à l’Espace Jacques Villeglé.
 Cet évènement est gratuit et ouvert à tous, sur réservation au 01 39 89 58 65 ou à expositions@mairie-saintgratien.fr 

 

MEDIATIONS :

 

Parcours discutés 

Des visites conviviales pour (re)découvrir l’artiste et son œuvre 
(Gratuit – Inscription via ce formulaire, par téléphone au 01.39.89.58.65 ou par mail à expositions@mairie-saintgratien.fr

Samedi 2 mars à 15h30


Samedi 9 mars à 15h30


Samedi 16 mars à 15h30


Samedi 30 mars à 15h30


Pour les groupes : sur RDV

 

 

Samedis des familles

Visite de l’exposition suivi d’un atelier en lien avec la pratique et/ou l’univers de l’artiste autour du cinéma d’animation, à partir de 6 ans
(Gratuit – Inscription obligatoire via ce formulaire, par téléphone au 01.39.89.58.65 ou par mail à expositions@mairie-saintgratien.fr )

Samedi 16 mars  de 10h30 à 12h30 (en partenariat avec l’association Ecrans VO ) : Atelier autour des jouets optiques, une expérience sensorielle : manipuler, voir, sentir, mais aussi se questionner « Comment le cerveau se fait-il tromper » .

 Samedi 23 mars  de 14h30 à 16h30 : Atelier  » Flipbook « , Anime toi-même une image !

 

Cinéma Les Toiles ( dans le cadre l’exposition in situ de Sébastien LAUDENBACH )


Vendredi 2 février : Acid pop : Quel cinéma pour les enfants


 

13h30 : Master class de Sébastien LAUDENBACH et Chiara MALTA, illustrée d’extraits de films

 


14h30 : Projection de Linda veut du poulet, suivie d’un échange avec les spectateurs

Une séance conçue par l’ACID (Association du Cinéma Indépendant pour sa diffusion) avec l’option cinéma et audiovisuel du Lycée Jean Monnet de Franconville.

PRÉSENTATION

Pour démarrer l’année 2024 de  façon inédite, l’Espace Jacques Villeglé propose une

expérience sans précédent de l’artiste Sébastien LAUDENBACH.

 

« Lorsqu’on m’a proposé d’exposer à l’Espace Jacques Villeglé, j’ai tout de suite pensé au lieu. J’ai déjà eu l’occasion de venir à Saint Gratien, y présentant mon film d’animation La jeune fille sans mains au cinéma « Les Toiles ». J’avais gardé un souvenir très fort de cet ensemble architectural dans lequel s’insère le lieu d’art contemporain, avec le buste de François Truffaut en son centre.

 

Faire du cinéma d’animation, c’est bien faire du cinéma, mais en restant assis toute la journée le cul sur une chaise et le visage inondé par une table lumineuse ou l’écran d’un ordinateur. C’est recréer image par image l’illusion du mouvement en ne bougeant pas, ou peu, sans se déplacer, restant confiné dans une sorte de bulle faite du dialogue entre le dessinateur et son dessin, dessin qui n’est qu’une fraction de seconde. Quelle drôle d’idée quand on y pense…

 

Les mondes s’ouvrent sur le papier seulement, l’animation permettant toutes les fantaisies. Un peu comme ces hommes lointains qui peignaient des mondes (souvent en mouvement) sur les parois des grottes : chevaux, bisons, tigres, antilopes. Ils peignaient dans l’obscurité, quelle drôle d’idée quand on y pense…

 

De la proposition de Saint Gratien et sur une suggestion d’Emmanuel-Alain Raynal de la  Galerie Miyu, j’ai voulu faire expérience, interrogeant la notion de trace humaine. Le lieu nu se remplira de traces, traces sur les papiers, multipliant les images pour leur donner vie, collant ces papiers aux murs. Une peinture pariétale contemporaine.

 

Traces de ce que je vivrai, par la traduction sur les papiers de mes états intérieurs, mais aussi de rencontres que je pourrais faire durant mon passage. Trace aussi d’une vie possible en ces murs, où on y mange, où on y dort, où on y rêve. Cet espace est, telle une grotte, ouvert sur le monde par le biais des vitrines, fines membranes me séparant de l’extérieur, m’en protégeant, mais m’y exposant aussi.

 

Ce sera le moyen de partager cette expérience avec celles et ceux qui vivent là, qui utilisent ce lieu, cette place, cette agora. »

 

(Sébastien Laudenbach. Mars 2023)

COMMISSAIRE D'EXPOSITION :
L'interview de Sébastien Laudenbach

C-RC : Quel est le sujet principal dans votre travail et quels thèmes explorez-vous ? 

Sébastien Laudenbach : Je travaille essentiellement l'image dessinée en mouvement. Je réalise des films d'animation qui comportent, la plupart du temps, une narration, des personnages, des dialogues. Dans cette exposition-performance en immersion, je me propose de laisser vagabonder mon esprit dans cet espace, de laisser la porte ouverte à l'imprévu. Le processus de l'illusion du mouvement par une succession de dessin, le dessin animé, est un processus assez long. J'essaie ici de jouer avec ce temps, afin qu'il ne soit plus une contrainte. Et je me laisser guider par tout ce que je pourrais voir ou entendre lors de mon séjour. Puisqu'il s'agit d'un séjour.

 

 

C-RC : Quel est votre œuvre d’art favorite et pourquoi ?

Sébastien Laudenbach : Il est bien difficile, et sans doute vain de répondre à cette question (tout comme je n'ai plus de couleur préférée depuis belle lurette). La vie de tout le monde est constellée d'oeuvres : musique, images, espaces, histoires. Ces œuvres peuvent nous toucher à un moment de notre vie, mais plus à un autre. Il faut donc qu'il y ait rencontre, et pas juste co-présence.

 

 

C-RC : À quoi ressemble votre lieu de travail – votre atelier?

Sébastien Laudenbach : Essentiellement à un bureau. Je travaille beaucoup sur des petits formats ou bien sur ordinateur. Mon espace peut changer car il m'arrive d'aller travailler dans des studios d'animation, avec des équipes, ce qui est une grande chance.

 

 

C-RC : Votre lieu préféré ou l’endroit qui vous inspire le plus ?

Sébastien Laudenbach : Je me sens globalement peu inspiré, je ne suis pas quelqu'un qui a des idées en absolu. Là aussi, il faut une rencontre, une opportunité, un imprévu. Je me laisse souvent parter par le courant. Là, le flu m'amène à l'espace Jacques-Villeglé de Saint-Gratien, espérons alors qu'il devienne l'endroit qui m'inspire le plus.

 

C-RC : Quels sont vos matériaux de prédilection ?

Sébastien Laudenbach : Disons que j'en connais certains davantage que d'autres : le papier, la ligne peinte ou dessinée me sont proches. Le dessin sur écran également ainsi que divers outils de transformation et de création numériques. Mais il m'est arrivé de faire des films avec du sable, de la peinture sur verre, des objets animés...

 

 

C-RC : Que nous raconte votre exposition ?

Sébastien Laudenbach : Je ne sais pas encore...